Interventions

Amélioration du système de santé par la confiance et la simplification

C’est toujours un exercice singulier que de s’expliquer au sujet d’un vote qui n’aura lieu que quelques jours plus tard. Qui sait, peut-être aurons-nous changé d’avis dans l’intervalle ? À l’heure où nous sommes, en tout cas, même si ce texte est moins pire ne l’imaginait, que ce qui était proposé au départ, le groupe de la Gauche démocrate et républicaine demeure opposé à la philosophie qui le sous-tend principalement.

Même si nous souscrivons à quelques-unes de ses dispositions, il reste une proposition de loi de déréglementation, de managérisation, ne vous en déplaise. Il véhicule toujours une conception de l’hôpital dans laquelle nous avons beaucoup de mal à nous retrouver ; en revanche, il n’apporte toujours pas les réponses nécessaires.

Par ailleurs, ce texte est censé traduire une partie des mesures issues du Ségur de la santé, ce que le Gouvernement aurait peut-être dû assumer lui-même. Pourquoi seulement une partie, alors qu’a été créé un comité de suivi du Ségur, dont la composition est du reste contestée ? Chacun des volets du Ségur lui-même avait déjà suscité des interrogations. Si nous voulions nous hisser à la hauteur des enjeux, sans doute y aurait-il un certain nombre de suggestions à faire ; pour notre part, nous avons déposé plus d’une proposition de loi auprès du bureau de l’Assemblée nationale.

A priori, je le répète, nous nous opposerons donc à ce texte.

Imprimer cet article

Document lié à cet article :

Pierre
Dharreville

Député des Bouches-du-Rhône (13ème circonscription)

Sur le même sujet

Affaires sociales

Thématiques :

Affaires économiques Lois Finances Développement durable Affaires sociales Défense nationale Affaires étrangères Culture et éducation Voir toutes les thématiques