Interventions

Question sur la stratégie de réouverture des lieux de culture dans le cadre de la pandémie de Covid-19

QUESTION

Si des professionnels de la culture se mobilisent depuis plusieurs mois, c’est pour exiger la réouverture des lieux culturels fermés et pour s’élever contre le choix du Gouvernement et du Président de la République de sacrifier la culture pendant ces longs mois. Nous avons soutenu et nous continuons de soutenir les mouvements d’occupation de théâtres, mais aussi les rassemblements et les manifestations qui réclament également le retrait de la réforme de l’assurance chômage.

Le Président de la République a annoncé un plan en trois phases pour la réouverture, à partir du 19 mai, des lieux de culture. Nous attendions depuis longtemps cette annonce que les acteurs et actrices de la culture réclamaient et espéraient.

Vous devez néanmoins entendre qu’ils demandent aussi un plan de reprise et de nombreux dispositifs. Vous avez engagé des concertations, dites-vous. Vous avez certes reçu des acteurs et des actrices de la culture à quelques reprises, mais ils ont encore beaucoup de questions en attente de réponse, la principale étant relative aux intermittents du spectacle et à la prolongation de l’année blanche. Ce soir, madame la ministre, nous aimerions savoir si vous choisissez la première ou la seconde option du rapport Gauron pour ces milliers d’intermittents du spectacle.

Si vous privilégiez une troisième option, détaillez-la plutôt que de nous répéter ce qu’a dit le Président de la République à la presse régionale. Nous avons un débat au Parlement à un moment où des milliers d’intermittents du spectacle attendent des réponses. Ce soir, c’est peut-être l’occasion de les leur apporter.

Il serait aussi très utile que le Gouvernement explique aux professionnels de la culture la manière dont la réouverture et les jauges indiquées vont s’articuler avec le couvre-feu. Qualifiée de sèche par les professionnels, cette réouverture intervient à la fin de la saison des établissements culturels, ce qui va provoquer un embouteillage. Le plan de reprise pourrait s’accompagner d’initiatives durant l’été. Il doit aussi s’adresser aux jeunes professionnels de la culture si nous ne voulons pas qu’à la culture sacrifiée s’ajoute une génération de culture sacrifiée.

M. le président.

La parole est à Mme la ministre.

Mme Roselyne Bachelot, ministre.

Que le monde de la culture ait rencontré de très grandes difficultés, des souffrances, des angoisses et des frustrations, je ne l’ignore pas : je les ai partagées et je les comprends. Nous y avons remédié de la meilleure façon possible dans un contexte sanitaire toujours extrêmement préoccupant. Nous avons prévu cette ouverture et les protocoles afférents en concertation avec les professionnels afin que ceux-ci puissent s’y préparer. Loin d’avoir été un rendez-vous de courtoisie, cette concertation a permis un sérieux travail collaboratif.

À cet égard, je veux saluer l’esprit de responsabilité des professionnels de la culture. Ils ont compris et accepté certaines contraintes, en particulier les jauges limitées – certes très temporairement – qui vont permettre au système de monter en puissance. Les professionnels du cinéma, que j’ai rencontrés il y a quelques jours, m’ont indiqué qu’ils comprenaient les limitations en matière de jauge mais aussi de vente de confiseries, élément important de l’équilibre économique des salles. Je tiens vraiment à rendre hommage à leur sens des responsabilités.

Sur l’intermittence, j’ai déjà apporté des réponses. À partir du rapport Gauron, il faut aussi consulter les organisations syndicales et professionnelles, ce que l’on appelle les partenaires sociaux du monde de la culture, afin d’agir au mieux. Il existe des différences d’évaluation et d’appréciation. J’attends les conclusions de ces réunions car je suis extrêmement respectueuse du dialogue social. Je m’étonne d’ailleurs que vous me demandiez une réponse ce soir alors que cette concertation n’a pas eu lieu. Je n’ai pas la même conception que vous du dialogue social, madame la députée.

Imprimer cet article

Elsa
Faucillon

Députée des Hauts-de-Seine (1ère circonscription)

A la Une

Thématiques :

Affaires économiques Lois Finances Développement durable Affaires sociales Défense nationale Affaires étrangères Culture et éducation Voir toutes les thématiques