Interventions

Evaluation et contrôle du Gouvernement

Débat sur les engagements de la France pour la transition écologique et la protection de la biodiversité

QUESTION

Madame la ministre, vous avez consacré une part importante de votre propos aux questions d’énergie. Alors que nous sommes au cœur de l’hiver, à ce jour dix-sept de nos cinquante-six réacteurs nucléaires sont à l’arrêt, soit 40 gigawatts disponibles sur une capacité de 62. Nous sommes ainsi amenés à solliciter plus fortement les deux centrales à charbon de Saint-Avold et Cordemais encore en activité avant leur fermeture annoncée : un décret est en instance de publication à cette fin.

C’est nécessaire, mais c’est insuffisant, notre pays ayant perdu 10 gigawatts en dix ans. L’hiver dernier, nous avons dû importer 13 gigawatts d’Allemagne et de Belgique. Les énergies renouvelables, intermittentes, sont insuffisantes en l’état.

Aussi, nous vous interrogerons sur la nécessité d’acter les projets de reconversion des centrales à charbon en centrales à biomasse. À Gardanne, la mise en service est déjà prête, mais elle est actuellement bloquée par un conflit social, dont il vous appartiendrait peut-être d’aider à la résolution. Par ailleurs, le projet de Cordemais sera l’objet d’une réunion le 14 janvier prochain et une perspective similaire de reconversion existe pour Saint-Avold, tout cela grâce notamment aux capacités de proposition des organisations syndicales. Entendez-vous aider aux projets de reconversion des centrales à charbon en centrales biomasse ?

M. le président.

La parole est à Mme la secrétaire d’État chargée de la biodiversité.

Il n’est pas question d’exiger la transformation des équipements et du tissu industriel liés à l’énergie sans accompagner cette transition. C’est à la fois un enjeu social, humain et économique. Nous avons, bien sûr, besoin de ce tissu pour parvenir à l’équilibre de notre mix énergétique et assurer notre souveraineté en la matière, ainsi que pour garantir notre capacité à combler les pics de consommation au moyen de nos différents équipements.

Nous menons cette réflexion en fonction des contextes et de ce que ces reconversions impliquent techniquement. L’hypothèse de la biomasse en est un exemple, avec les réserves qui s’imposent quant aux biais que peut induire le recours à ce type d’énergie en termes de dimensionnement.

Je sais que des travaux sont en cours dans votre territoire, monsieur le député, pour accompagner ses équipes et son tissu industriel dans sa reconversion.

Imprimer cet article

Thématiques :

Affaires économiques Lois Finances Développement durable Affaires sociales Défense nationale Affaires étrangères Culture et éducation Voir toutes les thématiques