Interventions

Raisonner le développement de l’éolien

Tout d’abord, je voudrais vous remercier, monsieur Maquet, pour un plaidoyer où je retrouve des accents sur la rente financière et la destruction des terres rares, auxquels nous serions très sensibles, comme nous le serions à la posture des élus des territoires qui rappellent les réalités du terrain.

Cette proposition de loi, à l’ambition mesurée mais pragmatique, a le mérite de nous permettre de débattre de l’avenir de l’éolien. Le Gouvernement a fixé des objectifs à un horizon qui nous semble juste, mais sans tenir compte des critiques sur la pertinence économique du développement de cette filière, sans un regard sur les incidences sanitaires et environnementales potentielles et sans écouter ceux de nos concitoyens qui en subissent ou en redoutent les conséquences.

Au nom de justes impératifs de lutte contre le réchauffement climatique, ces critiques ont été étouffées ou esquivées. Comme le disait Clémentine Autain, le Gouvernement n’a eu de cesse, au cours des dernières années, d’accélérer la réalisation de projets, en allégeant la réglementation, en limitant les délais de recours et, par le biais de la loi pour un État au service d’une société de confiance, en faisant en sorte que les lauréats d’appels d’offres puissent obtenir des autorisations à géométrie variable, leur permettant d’adapter leur projet après les avoir obtenues.

Le Gouvernement continue aussi de faire un pont aux opérateurs, quitte à créer des situations de rente aussi exorbitantes que celles qui ont prévalu lors de la privatisation des autoroutes, en leur garantissant des tarifs d’achat aussi juteux pour eux que ruineux pour les finances publiques.

Pour l’éolien terrestre, le montant total des engagements pris par l’État représentera près de 34 milliards d’euros. Pour quel résultat ? Des incertitudes scientifiques, des fragilités économiques croissantes et un malaise accru pour les populations.

La majorité nous l’a dit en commission : son mot d’ordre est de passer outre les critiques, au nom de la nécessité de faire évoluer notre mix énergétique, quoi qu’il en coûte – y compris le passage des oiseaux, monsieur Perea : réfléchissez-y !

Cependant, nos concitoyens n’en peuvent plus d’être mis devant le fait accompli et d’être impuissants face à ces pouvoirs publics inaccessibles et indifférents à leur sort, quand ils sont dépossédés de leurs droits, de leur tranquillité et de leur environnement de proximité. Même si elles sont restreintes, nous ne pouvons donc qu’approuver les dispositions du texte concernant l’éloignement des édifications d’éoliennes par rapport aux habitations, le droit de veto d’une commune concernée et le rapport sur les effets sanitaires.

Cela étant, nous sommes convaincus qu’en matière de développement des énergies renouvelables, la priorité est de renouveler le modèle économique de l’énergie. Le développement par trop anarchique des installations éoliennes résulte d’abord de la dérégulation du marché de l’énergie, du manque de planification nationale des énergies renouvelables et de l’absence d’un débat public unifié sur le sujet.

Dans un contexte de précarité énergétique sans cesse accrue, il est essentiel de refaire de l’énergie un bien commun et un enjeu de souveraineté, de bâtir une politique industrielle cohérente, valorisant les complémentarités.

En tant que jacobin, je préconise un modèle contraire à l’entreprise de démantèlement à laquelle se livrent le chef de l’État et le Gouvernement, notamment avec le projet Hercule. Comme le développement actuel des énergies renouvelables, ce projet répond à une logique économique et financière ruineuse et délétère, bien éloignée de la poursuite de l’intérêt général.

Nous y reviendrons. À ce stade, le groupe de la Gauche démocrate et républicaine votera donc pour cette proposition de loi. (Applaudissements sur les bancs des groupes LR et UDI-I.)

Imprimer cet article

Hubert
Wulfranc

Député de Seine-Maritime (3ème circonscription)

Sur le même sujet

Développement durable

Thématiques :

Affaires économiques Lois Finances Développement durable Affaires sociales Défense nationale Affaires étrangères Culture et éducation Voir toutes les thématiques