Interventions

Discussions générales

Pn interdiction de la maltraitance sur les animaux de compagnie par colliers étrangleurs

La proposition de loi que nous examinons fait consensus. Elle s’inscrit dans le prolongement de la loi visant à lutter contre la maltraitance animale votée sous la précédente législature, qui a notamment instauré le certificat d’engagement et de connaissance. Ce dispositif visait avant tout à limiter les achats impulsifs et à prévenir les abandons en imposant aux futurs propriétaires d’un animal de compagnie de connaître les obligations de soins et de vaccination qui leur incombent et de disposer de connaissances élémentaires sur les besoins biologiques de l’animal.

Nul doute que l’usage des colliers de dressage coercitifs que le présent texte a pour objet d’interdire est souvent le résultat du désarroi de propriétaires qui ignorent tout ou presque de leur animal et ne savent comment le dresser. Ils cherchent à travers ces outils à éduquer et à contrôler leur animal, à empêcher ses aboiements, ses fugues, ou à éviter qu’il ne tire sur la laisse.

Or les vétérinaires et la communauté scientifique sont unanimes pour condamner ces méthodes inefficaces et dangereuses. Inefficaces, parce qu’elles ne tiennent aucun compte des émotions ressenties par l’animal.

Dangereuses, parce qu’en reposant sur des sensations négatives, elles contribuent aussi à accroître l’agressivité des animaux et par conséquent les risques d’accident. Des méthodes d’éducation canine positive existent pourtant qui permettent aux propriétaires de nouer une relation de compagnonnage avec leur animal. Dans son avis de juillet 2022, le Centre national de référence pour le bien-être animal soulignait la persistance dans les séances d’éducation canine de certaines pratiques et outils associés à des méthodes négatives.

Ce rapport soulignait en particulier que certains outils coercitifs tels que la boîte à cailloux ou à clous ou encore le collier électrique ou le collier étrangleur se retrouvaient dans les mains des propriétaires de chiens sur les conseils de professionnels qu’ils avaient consultés. Cela met en évidence les carences de l’éducation canine dans notre pays alors que nous connaissons l’efficacité des méthodes d’éducation positive, qui reposent sur l’éthologie et se montrent à la fois beaucoup plus efficaces et plus respectueuses du bien-être de l’animal. Au-delà de l’interdiction des colliers électriques et étrangleurs, il nous faudrait peut-être à présent avancer sur la question de la formation des éducateurs canins.

Ces remarques étant faites, il va de soi que nous voterons la présente proposition de loi. (Applaudissements sur les bancs des groupes GDR-NUPES et Écolo-NUPES, ainsi que sur quelques bancs des groupes RE et LFI-NUPES.)

Imprimer cet article

Soumya
Bourouaha

Députée de Seine-Saint-Denis (4e circonscription)

Sur le même sujet

Affaires économiques

Thématiques :

Affaires économiques Lois Finances Développement durable Affaires sociales Défense nationale Affaires étrangères Culture et éducation Voir toutes les thématiques