Actualités

Lettre des députés

Lettre des députés : bilan de notre niche de décembre

Dans le langage parlementaire, le mot « niche » désigne la journée réservée chaque année à un groupe pour examiner des propositions portées par ses députés. Nous nourrissions un secret espoir que les huit textes que nous avons présentés le 2 décembre dernier soient examinés sans esprit partisan et avec le souci de répondre à des préoccupations de bon nombre de citoyens. Cet espoir a été déçu. Finalement sans surprise puisque le chef de file des députés En Marche, Christophe Castaner, avait donné pour consigne à ses députés de se mobiliser ce jour-là pour ne surtout rien laisser prospérer de nos propositions.

La majorité et les ministres, fidèles à eux-mêmes, ont donc multiplié les prétextes pour que rien ne sorte de notre niche. Pas même un os à ronger ! Si ce n’est pas important en soi, ce qui est en revanche extrêmement grave c’est qu’en rejetant ces textes en bloc, ils ont désespéré un peu plus les citoyens qui attendaient une réponse à certains de leurs problèmes concrets et à leurs inquiétudes.
A tous les Français qui ne trouvent pas de médecin pour se soigner, ils ont dit : « Débrouillez-vous ».
Aux lycéens qui se trouvent démunis face à Parcoursup et à leur droit d’entrer dans les études supérieures, ils ont répondu : « C’est normal de stresser et nous ne pouvons rien faire pour vous aider ».
Aux Martiniquais qui doivent faire face au vieillissement de leur population, ils ont répliqué : « C’est votre problème pas le nôtre ».
A tous les citoyens qui s’inquiètent de la haine qui déferle dans la bouche de ceux qui prétendent les représenter, ils ont répondu : « Nous ne ferons rien pour faire reculer les discours racistes dans l’espace public ».
A tous les handicapés, leurs familles et leur proches, ils ont répondu : « Nous ne vous donnerons pas les moyens de votre autonomie ».
A ceux qui veulent plus de moyens pour la transition écologique, ils ont rétorqué : « Ce n’est pas nécessaire ».
Aux maires qui souhaitent conserver la gestion de l’eau, ils ont dit : « Pas la peine, le privé fera mieux ».
A ceux, enfin, qui veulent protéger nos biens communs, ils ont répondu : « On ne touchera jamais au droit sacré de propriété ».

Répondant à l’appel de leurs chefs, les députés de la majorité se sont comportés en gardiens du temple jupitérien, entièrement dévoués à la défense des intérêts de la classe qu’ils défendent et par laquelle ils ont été élus, balayant l’ensemble de ces mesures. Pour assurer sa préservation, le système peut compter sur la vigilance et la fidélité de ses serviteurs.
Mais quels mots choisir pour désigner ces serviteurs ? Gardiens du temple jupitérien ? Où plus prosaïquement, puisqu’il s’agissait d’une niche, chiens de garde de leur maître ?

Imprimer cet article

Document lié à cet article :

Lettre des députés communistes - décembre 2021
Fichier pdf - 1.7 Mo
Consulter le document

A la Une

Thématiques :

Affaires économiques Lois Finances Développement durable Affaires sociales Défense nationale Affaires étrangères Culture et éducation Voir toutes les thématiques