Actualités

Stratégie vaccinale : le gouvernement doit cesser sa gestion au doigt mouillé

Suite aux échecs successifs en matière de masques et de tests, la politique vaccinale mise en place par le gouvernement n’est pas à la hauteur du défi crucial qui nous est posé. Ce retard à l’allumage témoigne une fois de plus de l’incurie de l’exécutif dans la gestion de cette crise sanitaire comme d’un affaiblissement sans précédent de la puissance publique.

Après l’éloge de la lenteur, nous avons eu droit au comité citoyen chargé de contrôler l’action du Gouvernement, aux coups de menton du Président de la République et désormais au recours à un cabinet privé. Le scénario a de quoi inspirer Netflix. Face à la crise de confiance, la stratégie vaccinale impose une transparence démocratique à tous les échelons. C’est pourquoi, il convient d’associer plus fortement le Parlement, les élus locaux, et la société civile à la stratégie vaccinale et plus largement à la gestion sanitaire.

Nous voulons connaître dans le détail l’organisation, notamment logistique, de la campagne de vaccination qui se met en place et son évolution. Les parlementaires doivent bénéficier de tous les éléments d’information leur permettant de contrôler l’action du Gouvernement. C’est pourquoi nous demandons sans plus tarder la tenue d’un débat à l’Assemblée Nationale, ainsi que la mise en place d’un comité de suivi comportant des parlementaires, des élus locaux et des professionnels.

Nous devons garantir un droit au vaccin pour toutes et tous dans les meilleurs délais permettant une couverture vaccinale suffisante pour atteindre une immunité collective. Parallèlement, la France doit s’engager au plan international pour faire des vaccins contre la Covid 19 un bien public mondial, permettant une production adaptée aux besoins.

Si le vaccin est un outil majeur de lutte contre l’épidémie de Covid 19, il ne peut nous exonérer d’une stratégie sanitaire globale à l’heure où un nouveau variant du virus fait peser un risque de contamination plus élevé. Alors que notre pays reste sous pression sanitaire, le rôle du Gouvernement est de fixer des orientations claires de manière anticipée. Nous ne pouvons plus être les spectateurs d’une gestion au fil de l’eau qui place notre société dans une incertitude permanente. Une stratégie de moyen terme est nécessaire, dont la mise en œuvre doit être concertée avec les élus locaux. Elle doit s’articuler autour de plusieurs priorités : le renforcement de nos capacités hospitalières, le développement d’une politique de prévention sanitaire conjuguée à une politique de dépistage plus efficace, le déploiement de moyens pour la recherche publique sur les traitements.

Imprimer cet article

A la Une

Thématiques :

Affaires économiques Lois Finances Développement durable Affaires sociales Défense nationale Affaires étrangères Culture et éducation Voir toutes les thématiques