Buffet Marie-George

Date de naissance :  Née le 7 mai 1949 à Sceaux (Hauts-de-Seine)
Circonscription :  Seine-Saint-Denis (4ème)
Commission :  Vice-présidente de la commission des affaires culturelles et de l'éducation
Profession :  Employée
Suppléant :  Mme Soumya Bourouaha

Activité parlementaire

La parole est à Mme Marie-George Buffet, rapporteure de la commission des affaires sociales. Mme Marie-George Buffet, rapporteure. Par le présent texte, le groupe de la Gauche démocrate et républicaine propose de mettre fin à la prise en compte des revenus du conjoint dans le calcul de l’allocation aux adultes handicapés – AAH. Cette proposition de loi reprend une demande formulée depuis des années par les personnes en situation de handicap et par les associations qui défendent leurs droits. Elle constitue une réponse directe à la détresse exprimée par de nombreux bénéficiaires de l’AAH, qui nous interpellent à juste titre. Elle s’inscrit dans les objectifs de la loi du 11 février 2005 pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées. Lire la suite.
Jeudi, 7 mars 2019
Tout d’abord, la Seine-Saint-Denis ne demande pas la charité. Je veux même inverser mon propos : la Seine-Saint-Denis est pleine de richesses, pleine d’énergie, pleine de connaissances, pleine de culture et d’initiatives. C’est cela, la Seine-Saint-Denis ! Quand on traverse nos villes, on y voit quantité d’initiatives. L’enjeu est donc que la France assure à ces populations tous leurs droits pour que cette richesse profite à tout notre pays, que les jeunes de la Seine-Saint-Denis aillent enseigner demain dans toutes les régions de France, avec leurs connaissances et leurs qualités : voilà ce que nous demandons ! Lire la suite.
Mardi, 5 février 2019
Mme Marie-George Buffet rapporteure pour avis de la commission des affaires culturelles et de l’éducation. Voilà un an, nous débattions et votions la loi de préparation des Jeux olympiques et paralympiques. Des sensibilités diverses s’exprimaient alors, mais nous nous accordions toutes et tous sur un point majeur : ces Jeux ne seraient réussis que si une politique ambitieuse en faveur du développement des pratiques, de construction d’équipements et de soutien aux clubs locaux était instaurée pour les six années à venir. Voilà pour l’héritage. Lire la suite.
Mardi, 13 novembre 2018
Permettez-moi d’abord de saluer les habitants de la Polynésie française qui, eux, peuvent suivre nos débats sur une question aussi importante que l’enseignement supérieur et la recherche, ce qui n’est pas le cas des Françaises et des Français de la métropole, de même que d’un grand nombre de parlementaires... La France consacre seulement 2,2 % du produit intérieur brut à la recherche et au développement, ce qui place notre pays en deçà de l’objectif de 3 % de la stratégie de Lisbonne. Cette situation pousse à s’interroger sur la place qu’accordent les gouvernements successifs à la recherche, en particulier, à la recherche publique. Pourtant, une fois encore, ce n’est pas cette dernière qui est favorisée dans ce budget que l’on dit contraint alors que l’État se prive de recettes avec le crédit d’impôt recherche. Lire la suite.
Mardi, 13 novembre 2018
Aujourd’hui au Sénat, la majorité sénatoriale de droite et le groupe En Marche ont rejeté la proposition de loi présentée par le groupe Communiste Républicain Citoyen et Ecolo-giste instaurant la fin de la prise en compte des revenus du conjoint dans le calcul de l’AAH. J’avais présenté la même proposition de loi en avril dernier à l’Assemblée nationale. Son étude avait été refusée par la majorité, alors que plus de 80 parlementaires de tous les groupes étaient cosignataires. Cette proposition permettait pourtant de mettre fin à un système de calcul qui, de fait, rend les bénéficiaires de l’AAH dépendants de leur conjoint ou conjointe. Cette disposition empêche chaque année des milliers de personnes en situation de handicap de se pacser ou de se marier par crainte de voir supprimé le versement de leur allocation. Lire la suite.
Jeudi, 25 octobre 2018
Hier, 380 sportives et sportifs ont interpellé Emmanuel Macron sur le danger que représente le démantèlement en cours du service public du sport. Je souscris pleinement à leur propos et je salue leur engagement. Les crédits budgétaires relevant du ministère des Sports subissent une nouvelle baisse de 30 millions d’euros cette année. Dans le même temps, le Gouvernement projette de supprimer d’ici la fin du quinquennat 1600 postes de Conseillers Techniques Nationaux. Incompréhen-sible alors que nous accueillons les Jeux Olympiques et Paralympiques dans six ans. Inac-ceptable alors que la situation des clubs amateurs ne cesse de se dégrader. Depuis plusieurs mois, les acteurs et actrices du monde sportif, dans leur diversité, alertent le Gouvernement et la majorité sur le danger que représentent ces décisions. Les mobilisa-tions se multiplient. Pourtant, l’exécutif persiste et signe. Lire la suite.
Vendredi, 19 octobre 2018