Lecoq Jean-Paul

N'est plus député depuis le 19 juin 2012.

Date de naissance :  Né le 13 octobre 1958 à Le Havre (Seine-Maritime)
Circonscription :  Seine-Maritime (6ème)
Commission :  Secrétaire de la commission des affaires étrangères
Profession :  Fonctionnaire de catégorie B
Suppléant :  Mme Marie-Odile Lecourtois

Activité parlementaire

Monsieur le président, madame la ministre, madame la présidente, madame la rapporteure, c’est un plaisir de pouvoir débattre de ce sujet-là. Puisque la commission qui a examiné ce projet de loi a également discuté du règlement de l’Assemblée et de la possibilité pour les groupes politiques de demander un débat en séance publique sur un traité, je souhaite que nous soyons unanimes pour défendre le maintien de ce droit tout au long de notre mandat. Ce projet de loi nous offre l’occasion de débattre des accords de libre-échange, et plus particulièrement de celui qui régit le ciel américano-européen depuis quelques années et que le groupe GDR s’apprête à rejeter. Le projet d’un tel accord date de juin 2003, lorsque l’Union européenne et les États-Unis ont reçu le mandat de lancer une négociation en vue d’un accord de transport aérien. Lire la suite.
Mardi, 6 mars 2018
Madame la présidente, monsieur le ministre de l’Europe et des affaires étrangères, alors que la situation du Proche-Orient est extrêmement préoccupante, que les armées des grandes puissances régionales s’approchent et commencent à s’affronter directement en Syrie, que le gouvernement israélien de droite, soutenu par les partis d’extrême droite, se radicalise et intensifie la colonisation et la construction du mur, et alors que les États-Unis mènent une politique de tension en reconnaissant Jérusalem comme capitale d’Israël et se décrédibilisent ainsi comme acteurs des négociations pour la paix, il faut que la France redevienne, en tant que membre permanent du Conseil de sécurité de l’ONU, mais forte aussi du soutien des grandes nations européennes au sein de l’Union, un acteur de premier plan pour la paix au Proche-Orient. Lire la suite.
Jeudi, 22 février 2018
Intervention générale : Madame la présidente, monsieur le ministre, mes chers collègues, je tiens, au préalable, à remercier le groupe Nouvelle Gauche, qui nous permet d’évoquer ce soir la question de la régulation des jeux d’argent et de hasard dans notre pays. Ce débat fait suite au rapport d’information qu’avaient remis sur ce thème nos collègues Juanico et Myard en février de l’an dernier. Ce qui va suivre ne vous surprendra pas. Compte tenu des conditions d’organisation de ce débat, il me sera difficile d’aborder l’ensemble des sujets, pourtant essentiels, liés aux jeux d’argent, comme la prévention de l’addiction, la lutte contre le blanchiment d’argent et les réseaux criminels, ou bien encore la délicate question de la fiscalité des jeux d’argent, impactée par la hausse de la CSG votée au cours de la dernière discussion budgétaire. Lire la suite.
Mercredi, 21 février 2018
Madame la présidente, monsieur le secrétaire d’État, madame la présidente de la commission, madame la rapporteure, je suis assez heureux de la tenue, dans l’hémicycle de l’Assemblée nationale, d’un débat sur les droits de l’homme et surtout sur l’institution garantissant leur respect. Aux yeux des membres de notre groupe, il était en effet nécessaire, voire indispensable, d’examiner ce texte en séance publique, afin de pouvoir échanger nos opinions sur le sujet. Tel est le cas, ce qui est une bonne chose ; nous avons ainsi entendu plusieurs messages. Madame la présidente de la commission, chers collègues de la majorité, il serait bon que cela dur, que nous puissions débattre systématiquement des sujets abordés en commission des affaires étrangères et des principes qui guident notre réflexion. Je reste en effet persuadé que nous souscrivons globalement, sur presque tous les bancs de l’Assemblée, à des valeurs semblables en matière de droits de l’homme. Lire la suite.
Jeudi, 15 février 2018
Monsieur le Premier ministre, lors de la dernière séance de questions au Gouvernement, deux questions ont été posées à propos de l’intervention de l’armée turque à Afrine, en Syrie, qui aurait occasionné chez les civils, le 27 janvier, 86 morts et 198 blessés. Lire la suite.
Mardi, 30 janvier 2018
Saisi par deux fois sur les bombardements et les attaques à l’arme lourde par l’armée turque dans le canton d’Afrin depuis quatre jours, le Ministre Jean-Yves Le Drian n’a pas condamné cette attaque, et n’a trouvé ni remarque ni reproche à faire à M. Erdogan quant à sa politique incroyablement violente et inique à l’égard du peuple kurde. C’est un silence coupable. En refusant de condamner la politique violente de M. Erdogan, la France exprime un soutien de fait à la politique autoritaire du chef d’Etat turc et aux massacres actuellement perpétrés à Afrin. La France ne s’honore pas d’une telle attitude. Choqués par le silence du ministre Le Drian, les élus communistes tiennent à condamner le plus fermement possible ces massacres organisés par la Turquie qui n’épargnent pas les civils. Ici et en Turquie, les élus communistes soutiennent les Kurdes et les Turcs qui luttent pour le respect de la démocratie. Lire la suite.
Mercredi, 24 janvier 2018