Asensi François

Date de naissance :  Né le 1 juin 1945 à Santander (Espagne)
Circonscription :  Seine-Saint-Denis (11ème)
Commission :  Membre de la commission des affaires étrangères
Profession :  Dessinateur industriel
Suppléant :  Mme Clémentine Autain

Activité parlementaire

Madame la présidente, madame la secrétaire d’État, chers collègues, le 27 septembre dernier, le chef de l’État annonçait à la tribune de l’Assemblée générale des Nations unies un engagement sans précédent de la France en termes d’aide publique au développement. Un effort de 4 milliards d’euros supplémentaires par an a été évoqué à l’horizon 2020, ainsi qu’une augmentation de 2 milliards d’euros de la contribution française pour le climat. Lire la suite.
Mercredi, 28 octobre 2015
Avec ce projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2016, le Gouvernement s’inscrit résolument dans une logique comptable où les économies priment sur les besoins sociaux et de santé de nos concitoyens. Le PLFSS se fixe en effet pour objectif d’économiser sur la santé 10 milliards d’euros en trois ans, dont 3,4 milliards en 2016. À cela s’ajoutent 5,3 milliards d’euros d’exonération de cotisations sociales que vous avez décidé d’accorder aux entreprises, sans contrepartie ni contrôle, dans le cadre de la poursuite du pacte de responsabilité. Ce sont là des milliards en moins pour les caisses de Sécurité sociale. Lire la suite.
Mardi, 27 octobre 2015
Après une décennie d’hémorragie budgétaire, le groupe de la gauche démocrate et républicaine pourrait se féliciter de la hausse des crédits pour 2016 ; mais celle-ci s’explique essentiellement par la détérioration du taux de change. Nous demeurons donc dans le cadre de l’austérité, à tout le moins de la contrainte budgétaire. Le plan triennal déjà évoqué affaiblit notre action extérieure : baisse de 3 % des crédits, suppression de 450 emplois équivalents temps plein, dont 115 cette année… Monsieur le ministre, vous avez déjà largement répondu aux questions posées par ce budget. J’espère ne pas être hors sujet en abordant la question du Moyen-Orient. Lire la suite.
Lundi, 26 octobre 2015
Monsieur le président, messieurs les secrétaires d’État, madame, monsieur les présidents de commission, mesdames les rapporteures, l’Union européenne est au plus mal et nous savons tous sur ces bancs que le budget proposé dans le cadre financier pluriannuel ne suffira pas à résoudre la crise économique, sociale et morale que nous traversons. Les députés du Front de gauche partagent le rêve européen, celui d’une union des peuples dans la coopération et la solidarité. Or ce bel idéal n’existe plus, il faut avoir le courage de le dire : il est miné par l’explosion des inégalités et de la misère sur notre continent autant que par l’emprise du lobby financier sur la construction européenne. Vous me permettrez tout d’abord quelques mots sur les citoyens européens, eux qui sont si souvent les oubliés de l’Europe technocratique de Bruxelles. Aujourd’hui, 110 millions d’Européens sont menacés de pauvreté ou d’exclusion, soit un Européen sur quatre. Lire la suite.
Lundi, 19 octobre 2015
Monsieur le Premier ministre, puisque André Chassaigne n’a pas obtenu de réponse hier, je vous repose la question : le Gouvernement va-t-il, oui ou non, demander à Air France, compagnie européenne, de lever les poursuites contre les salariés d’Air France ? (« Non ! » sur plusieurs bancs du groupe Les Républicains.) Il est vrai qu’en les traitant de voyous, vous les avez déjà condamnés. Pire qu’un verdict, ces mots sont une condamnation sociale. M. Gérald Darmanin. Très bien ! M. François Asensi. On assistera donc le 2 décembre à un procès contre le monde du travail. Mais que fait l’État actionnaire chez Air France, sinon l’affaiblir par ses décisions ? Depuis la privatisation d’ADP, que nous avons combattue sur ces bancs, les redevances payées par Air France ont bondi de 30 %. Le grand gagnant de cette forme de racket est l’État, qui empoche chaque année 60 millions de dividendes en tant qu’actionnaire majoritaire d’ADP. Lire la suite.
Mercredi, 14 octobre 2015
Monsieur le président, monsieur le Premier ministre, mes chers collègues, un an après le déclenchement de l’opération Chammal, les barbares de Daech continuent de semer la mort sur la surface du globe. Sur notre sol, le massacre des journalistes de Charlie hebdo a suivi celui des enfants juifs de Toulouse. Là-bas, c’est un cortège de décapitations, de viols, d’épuration ethnique et d’atrocités sans fin. En détruisant Palmyre, symbole des influences arabe, grecque et romaine entremêlées, Daech s’est attaqué aux plus hautes œuvres de l’esprit et a bafoué ce que la Méditerranée, creuset de toutes les cultures et trait d’union entre l’Orient et l’Occident, a de plus beau. Lire la suite.
Mardi, 15 septembre 2015