Bocquet Alain

Date de naissance :  Né le 6 mai 1946 à Marquillies (Nord)
Circonscription :  Nord (20ème)
Commission :  Membre de la commission des affaires étrangères
Profession :  Éducateur spécialisé
Suppléant :  M. Serge Van Der Hoeven

Activité parlementaire

M. le président. La parole est à M. Alain Bocquet, pour le groupe de la Gauche démocrate et républicaine. M. Alain Bocquet. Monsieur le Premier ministre, le 3 juillet dernier, vous affirmiez ici même : « C’est sous le regard de nos concitoyens, sous leur arbitrage qui s’exprime par le suffrage universel, que j’entends gouverner le pays », car, disiez-vous, « la première erreur, c’est de vouloir imposer d’en haut, et dans la précipitation ». Cependant, monsieur le Premier ministre, les actes de cette fin d’été n’ont pas suivi les engagements de juillet : « imposer d’en haut », c’est bien ce que vous êtes en train de faire ! Et en s’obstinant à ne pas soumettre le traité européen au grand débat national et au référendum que demandent trois Français sur quatre, le Président de la République et votre gouvernement ont pris une lourde responsabilité pour l’avenir de notre pays. Lire la suite.
Mardi, 2 octobre 2012
présentée par Madame et Messieurs Alain BOCQUET, François ASENSI, Bruno Nestor AZEROT, Huguette BELLO, Marie-George BUFFET, Jean-Jacques CANDELIER, Patrice CARVALHO, Gaby CHARROUX, André CHASSAIGNE, Marc DOLEZ, Jacqueline FRAYSSE, Jean-Philippe NILOR, Alfred MARIE-JEANNE et Nicolas SANSU, député-e-s. EXPOSÉ DES MOTIFS Mesdames, Messieurs, Le 15 mai 2012, dans une réponse à un parlementaire mettant en cause l’attitude des banques vis-à-vis des collectivités territoriales, le précédent gouvernement constatait : « Le resserrement de l’offre de crédits bancaires auquel sont aujourd’hui confrontées les collectivités territoriales, se traduit non seulement par une réduction des volumes et une augmentation des marges, mais également par une diminution des durées de prêts. » Lire la suite.
Lundi, 20 août 2012
présentée par Madame et Messieurs Alain BOCQUET, François ASENSI, Marie-George BUFFET, Jean-Jacques CANDELIER, Patrice CARVALHO, Gaby CHARROUX, André CHASSAIGNE, Marc DOLEZ, Jacqueline FRAYSSE et Nicolas SANSU, député-e-s. EXPOSÉ DES MOTIFS Mesdames, Messieurs, Le 4 juin 2012, une délégation intersyndicale des salariés d’ArcelorMittal a exposé au Président de la République, et au ministre du redressement productif les conséquences industrielles, économiques et sociales, de « l’arrêt prolongé des lignes de production de Florange » sur l’ensemble des sites du groupe. Alors que les derniers hauts-fourneaux de Lorraine, P3 et P6 de Florange, sont à l’arrêt respectivement depuis juillet et octobre 2011, la situation devient toujours plus préoccupante et plus intolérable à l’heure où le niveau mondial de demande d’acier permettrait le redémarrage de ces installations, et des créations d’emplois. Lire la suite.
Jeudi, 19 juillet 2012
présentée par Mesdames et Messieurs les député-e-s : Alain BOCQUET, François ASENSI, Marie-George BUFFET, Jean-Jacques CANDELIER, Patrice CARVALHO, Gaby CHARROUX, André CHASSAIGNE, Marc DOLEZ, Jacqueline FRAYSSE et Nicolas SANSU, EXPOSÉ DES MOTIFS Mesdames, Messieurs, Le 4 juin 2012, une délégation intersyndicale des salariés d’ArcelorMittal a exposé au Président de la République, et au ministre du redressement productif les conséquences industrielles, économiques et sociales, de « l’arrêt prolongé des lignes de production de Florange » sur l’ensemble des sites du groupe. Alors que les derniers hauts-fourneaux de Lorraine, P3 et P6 de Florange, sont à l’arrêt respectivement depuis juillet et octobre 2011, la situation devient toujours plus préoccupante et plus intolérable à l’heure où le niveau mondial de demande d’acier permettrait le redémarrage de ces installations, et des créations d’emplois. Lire la suite.
Jeudi, 19 juillet 2012
Mme la présidente. La parole est à M. Alain Boquet. M. Marc Dolez. C’est la voix du peuple qui va s’exprimer ! M. Alain Bocquet. La réunion des vingt-sept chefs d’État et de gouvernement à Bruxelles est la vingtième du genre depuis le début de la crise. Cette crise a montré l’incapacité de l’Europe à venir en aide à ses peuples : une Europe incapable d’une quelconque solidarité interétatique ; une Europe intervenant trop tard ou trop faiblement, sauf lorsqu’il s’agit de sauver les banques. Alors que se sont succédé des sommets de la dernière chance pour sauver l’euro, nos concitoyens ont appris à se méfier des discours lénifiants proclamant, sommet après sommet, qu’une sortie de crise est en vue. La sagesse populaire contraste ici avec l’euphorie des marchés succédant aux conclusions de ce sommet. Comment interpréter une telle réaction, lorsqu’on sait que ces mêmes marchés sont les principaux instigateurs et responsables de la crise qui sévit en Europe ? Lire la suite.
Mercredi, 4 juillet 2012
EXPOSÉ DES MOTIFS Mesdames, Messieurs, L’égalité devant l’impôt et le consentement à l’impôt ont été deux des grandes conquêtes des régimes démocratiques. En France, l’abolition des privilèges, décrétée le 4 août 1789, visait d’abord à mettre fin au régime d’exemption dont bénéficiaient auparavant la noblesse et le clergé. La Déclaration des droits de l’homme et du citoyen établit un lien étroit entre impôt et citoyenneté. Son article 13 dispose ainsi que « pour l’entretien de la force publique et pour les dépenses d’administration, une contribution commune est indispensable » qui « doit être également répartie entre tous les citoyens en raison de leurs faculté ». Son article 14 rappelle, contre le fait du prince, que « tous les citoyens ont le droit de constater, par eux-mêmes ou par leurs représentants, la nécessité de la contribution publique, de la consentir librement, d’en suivre l’emploi et d’en déterminer la quotité, l’assiette, le recouvrement et la durée ». Lire la suite.
Mardi, 3 avril 2012