Vallourec-Ascoval, «vous pouvez dormir sur vos deux oreilles» : 300 emplois en moins !

par Roussel Fabien

Le tribunal vient de décider d’attribuer la reprise d’Ascometal à l’entreprise germano-suisse Schmolz & Bickenbach qui prévoit de ne pas reprendre l’aciérie d’Ascoval. Bilan : 300 emplois, un outil de production moderne, et autant de savoir-faire supprimés. C’est la filière acier français qui se trouve ainsi fragilisée. Et c’est la colère de tout un arrondissement et des salariés qui domine ce matin.
Il y a une semaine, jour pour jour, le président de la République avait pourtant rassuré les élus et les salariés en disant « vous pouvez dormir sur vos deux oreilles, l’Etat sera présent au rendez-vous.»
On connaît le résultat de cette promesse, c’est hélas tout sauf une surprise.
Depuis des semaines, nous demandons à l’Etat de s’exprimer clairement, d’affirmer son soutien à l’entreprise anglaise Liberty House qui s’engage à reprendre l’aciérie de Saint Saulve. Il n’y a eu aucun signal de l’Etat.
L’industrie française souffre de ce manque d’engagement de la part de l’Etat. Où est l’Etat stratège ? Où est l’Etat qui défend son industrie ?
Ce n’est pas le tout de réunir les grands de ce monde à Versailles et de claironner «France is back», la réalité est plutôt «nance is back». L’Etat doit maintenant montrer comment il va tenir son engagement vis à vis des salariés d’Asocial et mettre tous les acteurs autour de la table.