OFCE

Mardi en séance, Stéphane Peu a interpellé Bruno Le Maire, ministre de l’économie et des finances, au sujet du creusement des inégalités dans notre pays.

S’appuyant sur les conclusions d’une récente étude de l’Observatoire français des conjectures économiques, il a rappelé que les 5 % des ménages les plus aisés bénéficieraient de 42 % des gains de pouvoir d’achat liés à la mise en œuvre des premières mesures du gouvernement.

En réponse, le ministre de l’économie a énuméré les mesures prises par le gouvernement en direction des plus modestes : revalorisation de l’allocation aux adultes handicapés, augmentation du RSA, maintien du crédit d’impôt pour les personnes les moins favorisées, afin que celles-ci puissent payer une aide à domicile. « Vous auriez pu rappeler tous ces éléments qui, d’ailleurs, étrangement, ne figurent pas dans le rapport de l’OFCE », a-t-il par ailleurs ajouté.

La réalité est toute autre. Comme le relève le Monde, dans un article du 17 janvier, « il suffit de consulter, par exemple, [l]e graphique qui récapitule l’effet estimé par l’organisme des mesures socio-fiscales du gouvernement fin 2019 par rapport à 2017 pour s’apercevoir [que les mesures précitées] sont toutes les trois intégrées aux prévisions ».

Les éléments de réponse de Bruno Le Maire pour mettre en doute les conclusions de l’étude de l’OFCE et décrédibiliser la question du groupe sont tout simplement erronés. N’est-ce pas, une fois de plus, l’expression du mépris affiché par le Gouvernement à l’égard de la représentation nationale ?