Le président de l’Assemblée nationale refuse un débat sur la crise financière

par Sandrier Jean-Claude

Le Président de l’Assemblée nationale vient ce matin de refuser d’accéder à la demande du groupe GDR en date du 17 septembre 2008 d’organiser en urgence un débat sur la crise financière mondiale, ses conséquences sur l’économie française et les mesures à prendre pour faire face à cette situation.
Devant la gravité de cette crise et l’inquiétude de nos concitoyens, l’argument du Président de l’Assemblée nationale expliquant qu’il n’y a pas lieu de tenir un débat car cela affaiblirait le débat budgétaire, est particulièrement inadapté. En effet, le débat budgétaire ne commence que dans un mois, c’est donc loin au regard de l‘urgence de faire la transparence et de réfléchir à des mesures importantes. Tenir le débat que nous demandons serait au contraire éclairer la discussion budgétaire et nous mettre dans les meilleurs conditions pour un examen du budget de la France informé et efficace.