Le Ministre des Affaires Etrangères doit s'expliquer devant les élus

par Lecoq Jean-Paul

Le Député Jean-Paul Lecoq a demandé officiellement au Président de la Commission des Affaires Etrangères de l'Assemblée nationale le 18 septembre que le Ministre des Affaires Etrangères M. Bernard Kouchner vienne s'expliquer, suite à sa déclaration sur l'éventualité d'une guerre avec l'Iran, déclaration cautionnée postérieurement par le Premier Ministre.

La réponse à la demande présentée fut que l'agenda de M. Bernard Kouchner ne lui permettait pas de se présenter devant la représentation nationale. Ainsi, M. Bernard Kouchner ne pourra s'expliquer que dans la deuxième semaine d'octobre.

L'attitude assumée par le Ministre des Affaires Etrangères, sous prétexte d'un agenda chargé, est inadmissible dans une République démocratique. C'est le signe que le gouvernement n'est pas disposé à entamer un débat public et un vrai débat démocratique.
Dans une démocratie le refus de s'expliquer c'est inacceptable.

La déclaration de M. Bernard Kouchner, qui de toute évidence est une caution à la politique agressive et guerrière des Etats-Unis, veut impliquer la France et au peuple français dans un conflit armée qui de toute évidence, risque de s'étendre à d'autres régions.

La France ne peut s'engager avec autant de légèreté dans des confrontations militaires dans une région si instable et en conflit, moins encore se lancer dans une guerre en violation du droit international et de la Charte des Nations Unies.

Le Député considère que la réponse du Ministre des Affaires Etrangères est le reflet d'une attitude d'arrogance et d'irresponsabilité du gouvernement devant un fait si grave comme c'est la menace de l'emploi de la force armée contre un autre Etat souverain, menace d'ailleurs, contraire au droit international et à la prohibition de la menace et à l'utilisation de la force.

C'est une attitude irresponsable car elle risque d'aggraver le conflit au Proche et Moyen Orient et constitue un obstacle aux efforts faits par l'Agence Internationale de l'Energie Atomique qui mène des négociations avec le gouvernement iranien sur le dossier nucléaire.

La position assumée par le gouvernement de Nicolas Sarkozy par le biais du Ministre des Affaires Etrangères s'engageant à nouveau dans un scénario à l'irakienne ne peut s'expliquer que par son alignement sur l'administration Bush et sur sa politique guerrière.

La prise de position du gouvernement en faveur de l'éventualité d'une guerre et le refus de s'expliquer est une confirmation de la dangereuse politique atlantiste de Nicolas Sarkozy et Bernard Kouchner, ignorant délibérément l'obligation internationale de régler les différends par des moyens pacifiques.