Sansu Nicolas

N'est plus député depuis le 20 juin 2017.

Date de naissance :  Né le 17 juin 1968 à Vierzon (Cher)
Circonscription :  Cher (2ème)
Commission :  Membre de la commission des finances
Profession :  Permanent politique
Suppléant :  M. Jean-Michel Guérineau

Activité parlementaire

Monsieur le président, monsieur le secrétaire d’État, madame la rapporteure, mes chers collègues, la proposition de résolution en discussion revêt à nos yeux, députés du Front de gauche, une importance particulière. Il est de bon aloi, en effet, de débattre de la pertinence et du bien-fondé des règles européennes s’appliquant aux budgets nationaux, alors que le continent traverse sa plus grande crise économique, sociale et financière depuis des décennies. Mes chers collègues, vous le savez bien, depuis 1993 et la mise en place de la monnaie unique, l’arsenal réglementaire de l’Union européenne en matière budgétaire s’est considérablement étoffé. Le traité de Maastricht a fixé le cadre général, instituant les fameux critères de convergence, autrement dit les limites de 3 % de déficit public annuel et de 60 % de dette publique maximale. L’objectif de ces critères, qui n’ont – je me permets de vous le rappeler – absolument aucun fondement économique… Lire la suite.
Lundi, 8 juin 2015
présentée par Mesdames et Messieurs les député-e-s : Nicolas SANSU, François ASENSI, Alain BOCQUET, Marie-George BUFFET, Jean-Jacques CANDELIER, Patrice CARVALHO, Gaby CHARROUX, André CHASSAIGNE, Marc DOLEZ et Jacqueline FRAYSSE, EXPOSÉ DES MOTIFS Mesdames, Messieurs, Pour se conformer à ses engagements européens et réduire son déficit budgétaire, notre pays s’est doté l’an passé d’une loi de programmation des finances publiques fermement ancrée sur des économies en dépenses, à hauteur de 50 milliards d’ici 2017. Afin que les collectivités territoriales contribuent à cet « effort de redressement », la loi de finances pour 2015 a entériné la diminution des concours financiers de l’État avec la baisse de 3,67 milliards d’euros des dotations versées par l’État aux collectivités. Lire la suite.
Vendredi, 5 juin 2015
Monsieur le Premier ministre, jeudi dernier, la commission de vérité sur la dette grecque a présenté son rapport préliminaire au cours d’une grande conférence organisée au Parlement grec, à laquelle je participais au nom des députés du Front de gauche. Les conclusions sont accablantes, tant il est démontré qu’une grande part de la dette grecque est illégitime, insoutenable, voire illégale et odieuse. En réalité, les créanciers ont fait leur beurre de la misère d’un peuple grec qui s’est vu imposer deux memoranda aux conséquences terribles. Lire la suite.
Dimanche, 24 mai 2015
Madame la ministre de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche, notre pays, notre jeunesse ne peuvent se satisfaire d’une polémique dangereuse sur l’école. Au sein de notre éducation nationale, le collège est considéré par tous les acteurs comme le maillon le plus fragile. Certains, à droite, voient dans les débats actuels la possibilité d’une revanche contre le collège unique, qu’ils ont toujours combattu. Certains, à droite, tentent de faire oublier la précédente législature, ses 80 000 suppressions de postes, la carte scolaire dévoyée, ou encore la suppression de la formation initiale des enseignants. Or tout cela a eu des conséquences : la France est devenue le pays où l’origine sociale reste l’élément le plus déterminant dans la réussite scolaire. Lire la suite.
Mercredi, 13 mai 2015
La parole est à M. Nicolas Sansu, rapporteur de la commission des finances, de l’économie générale et du contrôle budgétaire. M. Nicolas Sansu, rapporteur de la commission des finances, de l’économie générale et du contrôle budgétaire. Monsieur le président, monsieur le secrétaire d’État chargé du budget, madame la présidente de la commission des affaires européennes, mes chers collègues, 2 000 milliards d’euros, c’est le montant du stock de la dette de la France, mais c’est aussi l’ordre de grandeur du patrimoine mobilier et immobilier des 1 % les plus riches de notre pays. Si je souhaite rapprocher ces deux nombres, c’est que je pense que la corrélation de leur progression est loin d’être un hasard. La dette, l’endettement, la structure et l’objet de la dette sont intimement liés aux politiques économiques, monétaires et budgétaires qui sont menées. C’est donc un sujet éminemment politique, qui ne peut être approché par le seul prisme financier. Lire la suite.
Jeudi, 7 mai 2015
Monsieur le Premier ministre, dimanche dernier, les électeurs ont crié leur colère, leur désespoir et leur lassitude. (« Eh oui ! » sur les bancs du groupe UMP.) La gauche a subi une nouvelle fois une lourde défaite, nourrie des inégalités croissantes, de la précarité et de la division. Monsieur le Premier ministre, je vous le dis solennellement, j’ai mal à ma France (Exclamations sur les bancs du groupe UMP) quand je vois l’extrême droite progresser en mettant en cause nos valeurs républicaines, quand je vois la droite gagner pour mettre à bas les politiques de solidarité menées par la gauche dans les départements. (Exclamations sur les bancs du groupe UMP.) Lire la suite.
Mercredi, 1 avril 2015