Muzeau Roland

N'est plus député depuis le 19 juin 2012.

Date de naissance :  Né le 5 novembre 1951 à La Garenne Colombes (Hauts-de-Seine)
Circonscription :  Hauts-de-Seine (1ère)
Commission :  Membre de la commission des affaires sociales
Profession :  Ajusteur-outilleur
Suppléant :  Mme Michèle Fritsch

Activité parlementaire

EXPOSÉ DES MOTIFS Mesdames, Messieurs, Au cours d’un conflit dont tous les historiens s’accordent à démontrer la sauvagerie, des soldats, plus tard dénommés les « fusillés pour l’exemple », furent passés par les armes après des conseils de guerre improvisés et sommaires et sous des prétextes divers : sentinelle endormie, insulte à officier, battue en retraite sans autorisation, mutinerie, désertion... Selon les travaux les plus récents, le nombre des fusillés pour l’exemple est évalué à plus de 600 pour plus de 2 500 condamnations à mort prononcées sur 140 000 jugements. Et ces études n’intègrent pas, faute de documents archivés, les exécutions sommaires, impossibles à recenser du fait de leur nature même. Lire la suite.
Mardi, 24 janvier 2012
Les Député-e-s vont examiner, la semaine prochaine, une proposition de loi visant à légaliser le don d'heures acquises au titre des RTT ou des récupérations, à un ou une salariée dont l'enfant est gravement malade. Pour l'auteur de ce texte, l'UMP Paul Salen, il s'agirait ainsi de faciliter l'expression de la solidarité au sein des entreprises. La réalité est quelque peu différente. Lire la suite.
Jeudi, 19 janvier 2012
Le Président de la République appelle nos concitoyens à faire preuve de "courage" et de "sang froid" face à la crise. Nul doute que ces mots sont doux à l'oreille et au cœur des spéculateurs! Mais nul doute aussi qu'ils sonneraient plus clairement à l'oreille de l'immense majorité de la population sous la forme d'un "pour vous, ça va saigner"! Lire la suite.
Mardi, 17 janvier 2012
Le Président de l'Assemblée nationale, Bernard Accoyer, a estimé que si la gauche passait aux prochaines élections, "les conséquences économiques et sociales seraient comparables à celles provoquées par une guerre". Le rejet de la politique antisociale menée par le Président de la République depuis bientôt cinq ans est tel qu'il peut expliquer la fébrilité de la droite à l'approche des échéances électorales. Mais l'outrance des propos est particulièrement choquante. Ce qu'attendent nos concitoyennes et concitoyens, c'est un véritable débat d'idées et non pas des slogans qui rappellent les heures les plus sombres qu'ait traversé notre pays lorsque certains proféraient : "plutôt Hitler que le Front populaire"! Lire la suite.
Mercredi, 11 janvier 2012
Décidément, s'il est un talent qu'il faut bien reconnaître au chef de l'Etat, c'est celui de bonimenteur. A l'occasion de ses vœux aux français, Nicolas Sarkozy a exclu tout nouveau plan de rigueur en 2012, tout du moins jusqu'aux élections présidentielles et législatives... Au nom de quoi, le chef de l'Etat s'apprête à opérer un gigantesque racket sur le pouvoir d'achat de nos concitoyens et concitoyennes par le biais de l'instauration annoncée d'une TVA abusivement dite "sociale". Il ponctionnerait ainsi plusieurs dizaines de milliards d'euros dans les poches des français, le tout, prétendument, pour relancer la croissance ! Lire la suite.
Mardi, 10 janvier 2012
EXPOSÉ DES MOTIFS Mesdames, Messieurs, Les bénéfices de campagne sont une bonification d’ancienneté prévue par l’article L. 12 du code des pensions civiles et militaires de retraite. Ils constituent des avantages particuliers pour les militaires et certains fonctionnaires civils. L’attribution de la campagne double signifie que chaque jour de service effectué compte pour trois jours dans le calcul de la pension. La loi n° 99-882 du 18 octobre 1999 a substitué à l’expression « aux opérations effectuées en Afrique du Nord », l’expression « à la guerre d’Algérie ou aux combats en Tunisie et au Maroc ». Il découle du qualificatif de guerre que les combattants doivent bénéficier de la campagne double. Le Conseil d’État, suite à l’action de l’Association nationale des cheminots anciens combattants, résistants, prisonniers et victimes de guerre, a confirmé cette conséquence par une décision du 17 mars 2010. Lire la suite.
Mercredi, 14 décembre 2011